Histoire Maritime et Collections Muséales en France. Regards Croisés et Perspectives autour des gens de mer (XVIIIe-XIXe s.)

Notre compréhension des sociétés par le biais de l’objet s’est largement renouvelée ces dernières décennies grâce à des travaux pionniers au croisement des sciences sociales[1]. Comme l’ont montré par exemple les études sur les collections naturalistes des élites européennes au XVIIIe siècle, l’objet n’est pas la marque objective d’une société passée mais le produit d’un regard et d’une époque. Il change notre rapport au monde et détermine notre relation à l’autre[2].

En participant pleinement à la première mondialisation, en parcourant les océans du monde entier et en se confrontant, avec une ampleur inédite, à cette expérience si particulière qu’est la mer, les gens de mer sont des acteurs essentiels des grands bouleversements qui affectent l’époque moderne. Cette expérience a laissé des traces exceptionnelles : les archives des gens de mer, comme celles analysées dans le cadre du projet GEMER, et la richesse des collections et des sites archéologiques.

Fragments de noix de coco découverts sur l’épave de La Dauphine (1704). Photo: Élisabeth Veyrat

Une histoire des gens de mer par les objets

Les collections conservées à la fois dans les grands établissements comme le musée national de la Marine à Paris ou dans les institutions de plus petites tailles et l’évolution de l’archéologie sous-marine sous la houlette du DRASSM[3] permettent aujourd’hui de penser différemment le dialogue entre les objets et les archives[4]. Les fouilles des épaves de la Natière à Saint-Malo par exemple ont livré des milliers d’objets, dont l’étude affine notre regard sur le huis-clos que constitue le navire. Les récipients culinaires, les restes fauniques, les indices de salaisons et leur conditionnement permettent de mieux connaître les régimes alimentaires des gens de mer et leur situation sanitaire. Les instruments de chirurgie apportent des indications sur les pathologies et les remèdes utilisés à bord. Le réemploi des objets, leur utilisation et leur appropriation, visibles notamment aux marques et aux inscriptions qu’ils portent, témoignent du rapport intime des gens de mer à leur environnement[5].

À ce regard porté sur l’objet répond, en écho, la lecture des archives. Les matricules et les rôles d’équipage permettent de mieux connaître les carrières maritimes des gens de mer, leurs attaches littorales et, en filigrane, l’effrayante fragilité de la vie de marin. Les archives judiciaires restituent parfois des scènes de vie à bord : des derniers moments d’un agonisant jusqu’à la sociabilité du quart ou le partage d’un repas. Souvent citées dans la documentation, les gamelles par exemple, que se partagent les hommes d’un même « plat »[6], ne sont pas seulement mentionnées pour leur fonction. Elles sont aussi constitutives d’une identité, celle du matelot par opposition à la table du capitaine et des officiers. Les archives apportent ainsi une épaisseur aux objets archéologiques. Elles font revivre les hommes qui les manipulent et enrichissent une approche anthropologique qui place l’objet au cœur des interactions sociales[7].

C’est cet objet, à la fois témoin, acteur d’une expérience et vecteur de mémoires, auquel nous avons voulu donner la parole en proposant cette journée d’études intitulée Histoire Maritime et Collections Muséales en France. Regards Croisés et Perspectives autour des gens de mer, associant plusieurs musées autour de la question des gens de mer au XVIIIe siècle (https://gemer.hypotheses.org/1352). Organisée dans le cadre du Séminaire d’Histoire Maritime (Lorient-Bordeaux), cette journée d’étude a donc convié les conservateurs et les archéologues à réfléchir à une histoire des gens de mer par l’objet et au dialogue, sans doute en grande partie encore à tisser, entre les collections d’histoire maritime conservées dans les musées et les recherches en histoire. Neuf musées répartis sur les trois territoires étudiés par le projet GEMER (Cancale, la Seudre, l’étang de Berre) ont répondu à notre invitation : le musée de Cancale, le musée maritime de Saint-Malo, le musée de la Compagnie des Indes, le musée d’Aquitaine, le musée Mer Marine de Bordeaux, le musée d’Histoire maritime de Saint-Tropez, ainsi que trois musées du réseau des musées de la marine français : Brest, Rochefort et Toulon.

Chaque conservateur a eu l’amabilité de bien vouloir présenter un objet tiré de ses collections. Qu’il s’agisse des dés à jouer retrouvés sur l’épave de la Dauphine ou de la barque-reliquaire de saint Tropes, la diversité des objets choisis a confirmé ce que nous pressentions déjà : la large acception de ce qui relève de la culture matérielle des gens de mer à l’époque moderne. Ces présentations ont permis d’évoquer des aspects variés de cette expérience de la navigation maritime (travail des mousses, expérience de la violence, loisirs à bord des navires, rythmes de travail…) mais aussi de prolonger la réflexion sur l’environnement culturel et social des hommes partant en mer.

Présentés par Philippe Sartori, les deux dés à jouer en os provenant de l’épave de la Dauphine, l’une des deux frégates corsaires de la Natière, naufragée en 1704 au large de Saint-Malo, ne sont pas seulement une illustration des jeux à bord des navires. Les conditions de leur découverte, finement enregistrées par les méthodes du DRASSM, permettent de restituer une scène de vie. Dans le souci vraisemblable de les soustraire aux yeux des officiers, ces dés, dont l’usage était fermement réglementé à bord des navires, avaient été dissimulés dans une anfractuosité du fond de cale. S’ils démontrent ainsi de façon très parlante l’importance de l’archéologie sous-marine dans le renouvellement de l’histoire maritime, ces petits dés témoignent également de la prise en compte de ce qui était auparavant rarement prélevé, conservé et exposé. Indiquant la position du navire et la succession des quarts à bord, les discrets sabliers de marine présentés par Elsa Lewuillon, administratrice du musée national de la Marine de Toulon, sont aussi de remarquables objets d’histoire qui permettent d’articuler l’histoire des techniques, l’histoire sociale et l’histoire du travail. L’acquisition récente par le musée de Cancale d’une modeste mais évocatrice baille pour nettoyer la morue va dans le même sens. Elle permet à Thierry Huck de mettre en lumière les difficiles conditions de vie des mousses, pour lesquels la préparation de la morue était l’une des tâches les plus éprouvantes à bord des bateaux de pêche à Terre-Neuve[8].

Ce rapport sensible à l’objet nous fait entrevoir la vie de ces marins restés anonymes, souvent oubliés des récits de voyages et des livres d’histoires, de la même façon que les archives consignent des « vies de quelques lignes ou de quelques pages, des malheurs et des aventures sans nombre, ramassés en une poignée de mots »[9]. Les céramiques de l’Anse à Bertrand étudiées par l’archéologue canadienne Kayla Low[10] ne mettent pas seulement en lumière des réseaux d’échange peu connus avec les zones de production bretonnes. Elles révèlent des goûts, des consommations et un attachement pour ces objets dont témoignent leurs mentions dans les inventaires après décès des marins. C’est ce que disent également les nombreux objets en bois réemployés, transformés, sculptés par les hommes des épaves de la Natière : les étuis à pipes et les tabatières, les cuillères en bois imitant celles des officiers. Ramenés de leurs lointaines navigations par les marins, des bols en noix de coco racontaient aussi une part de leur histoire à ceux restés à terre[11]

Sensibilités d’hier et d’aujourd’hui

Ces présentations ont également permis de s’interroger sur le renouvellement des collections et sur leur mise en valeur. Les réserves s’enrichissent d’achats et de donations qui témoignent tout autant des sensibilités d’hier que d’aujourd’hui. C’est ce que nous montre Brigitte Nicolas avec un magnifique coffret de jeu en laque de Chine acheté en 2023 par le musée de la Compagnie des Indes à Lorient. Cet objet fabriqué dans les ateliers de Canton à la demande du capitaine malouin Grout de Saint-Georges (1704-1763) correspond au goût des élites occidentales de cette époque. C’est un objet hybride, résultat des processus de transculturation en cours pendant la première mondialisation[12].

Témoins des goûts d’hier, les objets attestent aussi les sensibilités d’aujourd’hui que révèle le travail de muséographie. À Bordeaux, le Musée Mer Marine présenté par Caroline Le Mao, maîtresse de conférences à l’université Bordeaux-Montaigne, a pris le parti de suspendre une trentaine de maquettes de navires qu’il possédait dans une scénographie évoquant les ex-voto, produisant une saisissante mise en scène nourrie de la religiosité des gens de mer et d’une esthétique contemporaine.

Les muséographies révèlent aussi les multiples vies des objets et leurs usages. Copie d’un exemplaire conservé à Paris, la poignée d’épée en argent que Jean-Yves Besselièvres a choisi de nous montrer pour le musée national de la Marine à Brest nous permet de nous replonger dans le célèbre voyage de La Pérouse préparé dans le grand port militaire du Ponant. Retrouvée par Peter Dillon à Tikopia (îles Salomon) en 1826, alors qu’elle était portée comme collier, c’est elle qui a permis de retrouver les traces de l’expédition et des naufragés. L’objet apparaît ici comme le fil conducteur d’une histoire qui se déploie de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours. Quel que soient les usages de l’objet à travers le temps, qu’il soit manipulé, porté, découvert, exposé, l’objet est toujours le résultat d’un choix signifiant qui dit quelque chose de nous-mêmes et de notre rapport au monde[13].

C’est la leçon de l’intervention de Katia Kukawka, directrice adjointe du musée d’Aquitaine. La badine en noisetier vernis et en ivoire réputée avoir appartenu au capitaine négrier Pierre Desse est assurément un objet de prestige. Elle révèle le rang social d’un homme célèbre pour le sauvetage d’un navire hollandais au large du cap de Bonne Espérance en 1822. Ce fait glorieux explique la conservation de cet objet de génération en génération, puis son entrée dans les collections municipales de Bordeaux il y a quelques décennies. Cette badine se charge d’une signification tout autre aujourd’hui en raison du regard que nous portons sur l’histoire de la traite et sur ses enjeux mémoriels[14]. Le discours véhiculé par l’objet a ainsi changé de ton. La badine de Pierre Desse n’est pas simplement un accessoire d’ostentation. Un capitaine négrier ne frappe pas les esclaves ni ses hommes d’équipage avec les poings ou avec un fouet : il le fait avec sa canne ou le plat de son épée.

Les objets présentés lors de cette journée montrent ainsi toute la richesse et la diversité des collections. Ils témoignent également de l’insertion des gens de mer dans les sociétés littorales auxquelles ils appartiennent. Aujourd’hui placé au cœur du parcours muséographique du musée de Marine de Rochefort, le modèle du vaisseau le Royal présenté par Charlotte Drahé, rappelle le long apprentissage des élèves officiers à terre, dans cette ville fondamentalement liée au développement de la marine française à partir du XVIIe siècle. Réciproquement, les ports se colorent des longs voyages de leurs marins, comme dans le cas de la barque sculptée portant saint Torpes choisie par Laurent Pavlidis pour le musée de Saint-Tropez. Cet énigmatique objet, accompagné depuis le milieu d’une XVIIIe siècle par une sommaire description, évoque un récit connu, celui du voyage du corps de saint Torpes jusqu’aux côtes provençales, mais il transpose l’histoire de sa décapitation en Chine. On ne sait plus si le récit s’est formé autour de l’objet ou si l’objet a été créé autour du récit du saint.

C’est bien à l’histoire comme récit que l’objet nous invite. Il permet de nous plonger autrement dans l’histoire comme l’ont montré les deux court-métrages réalisés par les étudiants de l’Université de Bretagne-Sud (Lorient) en conclusion de la journée.

L’historiographie, le travail des archéologues et l’évolution de la muséographie montrent ainsi toute la richesse des recherches actuelles autour de l’objet, en particulier dans l’écriture de l’histoire sociale des gens de mer pour laquelle ils offrent une entrée irremplaçable. L’objet n’est pas seulement l’illustration d’échanges et de pratiques que l’on connaissait déjà. Il doit être envisagé comme la confrontation entre un usage, un regard et une époque, depuis sa création jusqu’à son exposition dans un musée. Il a enregistré les infimes oscillations d’une époque, le long périple qui l’a mené jusqu’à nous et capte encore les sensibilités de notre temps. L’objet est porteur d’un récit toujours en mouvement qu’il faut donner à voir et à écouter.

[1] Pour une synthèse sur cette question, voir Sophie Houdart, Olivier Thiery, Humains non humains, comment repeupler les sciences sociales, Paris, La Découverte, 2011.

[2] Charlotte Guichard, « Image, art, artefact. L’histoire de l’art à l’épreuve de l’objet au XVIIIe siècle », Perspective. Actualité en histoire de l’art, 1/2015, p. 63-80.

[3] Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, ministère de la Culture.

[4] Preuve de ce regard renouvelé sur les collections archéologiques, le musée national de la Marine et le DRASSM ont récemment organisé un colloque sur le sujet : Après le naufrage…Récupération, réemploi et recyclage des épaves, Paris, Musée national de la Marine, 2-4 avril 2024.

[5] Michel L’Hour, Elisabeth Veyrat (dir.), La Mer pour Mémoire. Archéologie sous-marine des épaves atlantiques, Paris, Somogy, 2005.

[6] « Les plats », selon l’expression des archives, regroupent les hommes qui se partagent la même gamelle (sept hommes sur les vaisseaux du roi par exemple).

[7] Denis Le Guen, Philippe Migaud, Élisabeth Veyrat, « L’alimentation à bord des frégates océaniques : l’apport des épaves de la Natière (Saint-Malo, XVIIIe siècle), données archéologiques, croisement des sources et étude interdisciplinaire », Revue d’histoire maritime, in Press.

[8] Emmanuelle Charpentier a récemment organisé, dans le cadre du projet GEMER, une journée d’étude sur les mousses : Éduquer, apprendre et transmettre sur le littoral du Moyen Âge à l’époque contemporaine : garçons et filles dans le monde de la pêche, Toulouse, Université Toulouse – Jean Jaurès, 1er décembre 2023.

[9] Michel Foucault, « La vie des hommes infâmes », Cahier du chemin, n°29, janvier 1977, p. 12.

[10] Graduate Student, Memorial University of Newfoundland. La traduction en français a été réalisée par sa directrice de recherche Catherine Losier, Associate Professor, Archaeology, Memorial University of Newfoundland.

[11] Gaëlle Dieulefet, Denis Le Guen, « Le « fruit du marin » : Des navires aux cabinets de curiosité. Usages et représentations de la noix de coco dans les sociétés maritimes du XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, in Press.

[12] Timothy Brook, Le chapeau de Vermeer. Le XVIIe siècle à l’aube de la mondialisation, Paris, Payot, 2010.

[13] Thierry Bonnot, « Anthropologie et culture matérielle : que faire des choses ? », Luc Bourgeois, Danièle Alexandre-Bidon, Laurent Feller, Perrine Mane, Catherine Verna et Mickaël Wilmart (dir.). La culture matérielle : un objet en question. Anthropologie, archéologie et histoire, Presses universitaires de Caen, 2018.

[14] Voir à ce sujet le catalogue de l’exposition organisée récemment à Nantes, première port négrier français : Krystel Gualdé, L’abîme. Nantes dans la traite atlantique et l’esclavage colonial. 1707-1830, Nantes, Editions du Château des ducs de Bretagne, 2021.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laure-Hélène Gouffran et Denis Le Guen (28 mai 2024). Histoire Maritime et Collections Muséales en France. Regards Croisés et Perspectives autour des gens de mer (XVIIIe-XIXe s.). Gens de mer des temps modernes. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://gemer.hypotheses.org/1399


Laure-Hélène Gouffran et Denis Le Guen

Laure-Hélène Gouffran (Postdoctorante GEMER, TEMOS, Univ. Bretagne-Sud) Denis Le Guen (Doctorant, TEMOS, Univ. d'Angers)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search